09/11/2015

Expositions et conférences pour mieux comprendre la Grande Guerre

Mercredi 11 novembre,

l’association « Baixas Terroirs Culture et Patrimoine », en partenariat! avec l’ACPG de Baixas organisent une exposition sur le thème de la Grande Guerre centrée sur Baixas, en plus de l’exposition générique sur la Guerre de1914-1918 produite par les Anciens Combattants.

souvenirCes expositions se tiendront à la salle Jordi et dans les chais du château les pins à partir de 10h30.

Deux conférences auront lieu l’après-midi dans les chais :

15h30 : « Hommes mobilisés, soldats en guerre » par Jean DAURIACH ;

16h30 : « Comprendre la symbolique et les allégories des monuments aux morts »par  Pierre LOPEZ. Le Verre de l’amitié offert par les associations, sera partagé après les conférences et donneront aux personnes présentes l’opportunité de discuter avec les conférenciers.

Cet événement, qui permettra à tous de mieux comprendre la « Grande Guerre », ses implications sur la vie quotidienne du village, et de rendre hommage aux trop nombreux Baixanencs disparus durant cet épisode marquant pour notre pays. 

15/05/2015

8 mai 2015

Conférence, dépôt de gerbe et exposition pour le 70 ème anniversaire de la fin de la guerre.

1471189_10152988649586185_7086925227328901141_n.jpg

C'est le docteur Capdet, président départemental de la ligue contre le cancer qui a ouvert les manifestations en l'honneur du 8 mai, avec la conférence sur l'action de la santé des armées pendant la guerre mondiale 1914/1918.
8 mai 2015 001.jpg
 
A l'issue de la cérémonie au monument aux morts,
où de nombreux enfants ont participé, a eu lieu l'inauguration de
l'exposition présentée par l'ACPG-CATM de Baixas au château les pins, sur le thème:
"Les français et leur chef le Général de Gaule" 
 
 
 
 

8 mai 2015 002.jpg

05/05/2015

Exposition et programme du 8 mai

 

Expo 8 mai à Baixas.jpg

11/03/2015

Magnifique diaporama, « au cœur d'une famille de faucons crécerelles »

Suite au vernissage de son exposition de photos, Jean-Joël Rémy a présenté un diaporama sur les faucons crécerelles qu'il a observé sur le toit de sa maison, bien caché sous l'affût.

Vernissage 036.jpg

Les premières prises de vues ont débutées le 21 juin dernier et se sont terminées le 3 juillet. De deux à huit heures d'observation par jour, pour un total de trente heures.

« Pour la seconde fois explique Jean-Joël, un couple de faucons crécelles est venu s'établir derrière le mur de ma maison l'été dernier. Après avoir investi une cavité dans le mur pour construire leur aire, les parents donnent naissance à 5 petits début juin.

Dans un choix délibéré de leur laisser toute la tranquillité dont ils ont besoin dés leur naissance, je ne commence à les photographier qu'à partir du moment où ils commencent à sortir de leur nid, à voler maladroitement de toit en toit.

Copie de Vernissage 026.jpgL’affût est préventivement installé sur le toit, à 15 m de hauteur, plus d'une semaine avant la prise de vue proprement dite afin qu'ils s'habituent à ce filet de camouflage sous lequel j'ai fixé un trépied et autres accessoires pour lui donner un certain volume.

Puis viennent les longues heures d'affût en début et fin de journées quand les jeunes revenaient au nid ». Des instants magiques ont été immortalisés, les allées et venues, le nourrissage de cette famille de crécerelles, qui lui ont fait deux magnifiques cadeaux.

«  Le premier fut, ce jeune faucon venu se poser en haut d'un toit, juste devant le soleil levant... .

 

Le second, l'apothéose et la reconnaissance de ma totale intégration à leur milieu : Un goéland passant à proximité, effraya un des jeunes faucons qui s'envola et vint se réfugier..... sur ma tête ! » Instants merveilleux et magiques qu'il a partagé avec l'assistance restée sous le charme .

Un moment inoubliable pour tous .

Vernissage 040.jpg

Vernissage 041.jpg

conférences

25/11/2014

Moment d'émotion pour les « Tirailleurs oubliés »

Si la soirée du 18 novembre dans la salle de l’Hôtel de ville n'a pas complètement élucidé le mystère de la sépulture de ce combattant africain enrôlé dans un régiment de l'armée française, au moins a-t-elle permis un rappel de cette période douloureuse de notre histoire.

Conférence 012.jpg

Le moment d'émotion suscité par la lecture du poème de Léopold Senghor « Aux Tirailleurs Sénégalais morts pour la France. Hosties noires. » par le président   « d'Ecole Sans Frontières 66 » qui organisait la soirée a dignement lancé la conférence.

Conférence 025.jpgServi par des images d'archives remarquables, l'auteur du livre « Une histoire oubliée » Jean François Mouragues a captivé une heure durant la centaine de personnes intéressées par le sujet.

Entre faits historiques et anecdotes, J F Mouragues a retracé l'histoire de ce régiment que l'on appelait « Les tirailleurs Sénégalais » et qui étaient basés dans la caserne de Perpignan. Certains groupes ont même séjourné dans les locaux du Château Les Pins avant de partir au combat.

En évitant les légitimes passions que suscitent parfois les souvenirs pesants de certains auditeurs, la discussion qui a suivi a constitué un véritable hommage à ces hommes qui méritent toute notre considération faute d'avoir eu la reconnaissance qu’ils méritaient tout comme le bénéfice de pensions décentes. Eux, qui se sont battus pour des droits dont ils n'ont pu pleinement profiter.

Conférence 038.jpg

Considération et reconnaissance : c'est bien ce que réclament surtout les descendants de ces soldats dont certains venus du Sénégal ou du Cameroun étaient présents dans la salle.

La municipalité qui avait mis gracieusement la salle à disposition « d'Ecole Sans Frontières 66 » ainsi que la présence de Monsieur le Maire de Baixas démontrent l'intérêt de ces soirées d'éducation populaire et citoyenne.

Conférence 044.jpg

Conférences

L'association ESF 66 recherche des informations sur l'histoire du tirailleur LANTSE TRAORE décédé le 27 août 1940 à l'âge de 22 ans et enterré au cimetière de Baixas. (04 68 92 28 25)

 

 

12/11/2014

« Les Tirailleurs Sénégalais » Une histoire oubliée : Conférence le 18 novembre Salle Jordi du château les pins

Au cimetière 003.jpgDans le vieux cimetière de Baixas Au cimetière 005.jpgon peut remarquer une tombe particulière.

Un croissant de métal peint en blanc surmonte un piquet aussi blanc sur lequel est fixée une plaque. Un bouquet de fleurs éternelles est posé au pied du poteau figé sur la dalle de béton .

« Tirailleur Traoré » :c'est le nom gravé sur la plaque. 

Un nom plus connu en Afrique de l'ouest que dans les demeures de Baixas.

Cet homme qui a arrêté son dernier voyage à l'âge de 22 ans loin de son pays natal était un des nombreux soldats d'un bataillon basé à Perpignan dans les année 40 :

Le 24ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais (RTS) régiment catalan formé après la saignée de la Grande Guerre.

C'est l'histoire oubliée de cette immigration particulière que l'association « ECOLE SANS FRONTIERES 66 »

vous invite à partager le 18 novembre à 18H salle Jordi Château les Pins.

Jean François MOURAGUES a fait de nombreuses recherches sur le sujet, auteur du livre

« Une histoire oubliée » il sera présent pour apporter ses commentaires.

Les témoignages des participants éclaireront certainement l'histoire de cet homme.

Plus rencontre-débat que conférence, l'association ESF 66 qui organise ce « café-maquis » particulier cherche à informer le public sur les liens qui nous lient toujours avec les populations du Burkina-Faso.

Actuellement les projets d'aide au développement de la scolarité menés par cette association ne sont qu'un juste retour des choses.

 

Mardi 18 novembre 2014 18h Salle Jordi Château les Pins

Entrée libre. Présence de l 'auteur.

Une collation africaine réunira les participants autour d'ESF 66

 

26/09/2014

Conférence sur le site du « Moli de vent »

Les journées du patrimoine étant cette axées cette année sur la thématique "patrimoine culturel, patrimoine naturel" la municipalité de Baixas a proposé une conférence sur les moulins.

journèe du Patrimoine 007.jpg

journèe du Patrimoine 017.jpgPour ce fait c'est Francis Noell qui s'est spécialisé sur ces spécimens, sur ces constructions et les mécanismes qu'elles contenaient, qui a présenté son livre et tenu conférence sur ces premiers outils de l'ère industrielle.

Rendez-vous était donné à 17h devant la chapelle Sainte Catherine pour se rendre ensuite sur les hauteurs du site ou domine un des moulins à vent agricoles baixanencs.

Une soixantaine de personne s'est regroupé autour du conférencier pour l'écouter et converser avec lui sur ces tours empierrées aux ailes déployées que sont les moulins à vent en général.

journèe du Patrimoine 029.jpg

« Les moulins à vent font partie du patrimoine bâti qui constituent une catégorie particulière qui pourrait être considérée comme les premiers bâtiments industriels liés à l'agriculture. Ils voient le jour qu'à la fin du Moyen-Age. Le premier moulin à vent connu sur le Département est celui de Collioure, dont l'autorisation de construction date de l’année 1337...

journèe du Patrimoine 023.jpgLa fiscalité a été aussi un agent de destruction des moulins à la fin du XIXème et début du XXème siècle pour ne pas continuer à payer les impôts. Les propriétaires se sont vu dans l'obligation des les démolir, du moins d'en enlever le mécanisme ...».

Cette industrie qui fonctionnait grâce à une énergie naturelle, parfois capricieuse était parfaitement écologique !

Après ce rendez-vous sur le lieu dit du Moli de Vent au Nord de Baixas le groupe est redescendu pour une collation offerte par la municipalité où les discutions ont continuées allègrement.

Un petit groupe s'est ensuite rendu à « la tore » au Nord du village et ne s'est quitté qu'après vingt heure.

journèe du Patrimoine 034.jpg